Publications

Étude en vue de l’élaboration d’une politique nationale en matière de migration

Il faut d’emblée souligner qu’il n’existe pas de définition universelle du terme « migrant », ni au niveau international (Bonifazi et Strozza, 2006) ni au niveau des sources nationales du même pays (comme au Niger).

Cependant, on convient que «ce terme s’applique habituellement lorsque la décision d’émigrer est prise librement par l’individu concerné, pour des raisons « de convenance personnelle » et sans intervention d’un facteur contraignant externe. Ce terme s’applique donc aux personnes se déplaçant vers un autre pays ou une autre région aux fins d’améliorer leurs conditions matérielles et sociales, leurs perspectives d’avenir ou celles de leur famille ».(OIM, Glossaire de la Migration, N°9, 2007).

A cette forme définition, il faudrait ajouter les migrations forcées dues à des raisons politiques ou stratégiques (par exemple les déplacements de populations du fait de l’exploitation de minerais, la construction d’un barrage, d’un aménagement hydro-agricole, etc.).

Ainsi, le migrant c’est l’individu qui vit dans un pays ou une autre localité qui n’est pas son lieu de naissance. Dans le pays ou la région d’accueil, il devient un immigrant ou immigré. Et par rapport à son pays ou localité d’origine c’est un émigrant ou émigré. Le terme migrant peut s’appliquer à la fois aux immigrants et aux émigrants. A l’intérieur d’un pays, on parle également d’exode rural pour désigner
les mouvements migratoires des villages vers les villes.

Télécharger le document