Publications

Présentation du Rapport sur l’état des droits humains au Niger 2017

Excellence Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale, Honorables Représentants du Peuple. C’est un agréable devoir pour moi de vous présenter le Rapport 2017 sur l’état des Droits humains  au Niger.

La Commission Nationale des Droits  Humains  tire sa légitimité de la Constitution du 25 novembre 2010. En effet au Titre II de la Constitution intitulé Droits  et devoirs de la personne humaine, l’article 44, dispose :

Je cite, « une Commission Nationale veille à la promotion et à l’effectivité des droits et des libertés ci-dessus consacrés. La Commission Nationale des droits   humains   est une autorité administrative indépendante […] Elle présente, devant l’Assemblée nationale, un rapport annuel sur les droits  humains  ». Fin de citation

La Loi Organique 2012-044 du 24 Août 2012 détermine sa composition, son organisation, ses attributions et son fonctionnement.

Ainsi, la CNDH n’est-elle placée ni sous l’autorité directe de l’Exécutif, ni du Législatif ni du Judicaire. Elle est neutre et impartiale dans la recherche des faits en matière de droits humains (DH). Au cours de ses investigations, elle agit dans un cadre juridique bien défini, en   se conformant à la Loi et aux principes sacro-saints de la justice, de l’État de droit et de la démocratie.

Le rapport 2017 sur l’état des Droits humains est une suite logique des rapports 2013-2014 et 2015-2016. Il est le premier de la deuxième mandature de la CNDH qui a pris effet à partir de la prestation de serment des nouveaux Commissaires le 15 juin 2017. Ce rapport se veut être une radioscopie qui rend compte des faits saillants, avec des analyses comparatives  sur les progrès réalisés et les défis à relever par notre pays en matière de droits  humains. Il permettra ainsi aux Honorables représentants du peuple de disposer d’informations sur les activités menées par la CNDH et de données analysées et fiables sur l’état des droits  humains  et des libertés fondamentales au Niger. Par ailleurs, il constituera pour le citoyen une opportunité de prise de conscience et d’internalisation des valeurs universelles des droits humains ; gage d’un changement  de comportement individuel et collectif dans la société.

Excellence Monsieur le Président,

Télécharger le document